Anime, Review »

Touka Gettan

Par le 22 jan 2009 | |

Cette fois je crois avoir battu mon propre record. J’en ai fait des reviews sur des séries undergrounds et très peu connues, mais celle-ci est particulièrement obscure (constatez le par vous même)! Bon, c’est vrai que Touka Gettan n’a qu’à peine deux ans, puisqu’elle a été originalement diffusée en avril 2007, mais cette série fait vraiment partie de cette catégorie très niche d’anime qui ne s’adresse qu’à un public relativement restreint. Il faut dire qu’elle a probablement hérité des mauvaise critiques qu’avait reçu son prédécesseur spirituel Yami to Boushi to Hon no Tabibito cinq ans auparavant. En guise d’introduction, tout ce que vous devez savoir c’est que ces deux séries sont tirées de visual novels pour adultes développés par ROOT et dont la création de l’histoire et des personnages est l’oeuvre d’une certaine Carnelian. Leur principale particularité, par rapport aux visuals novels que l’on connait (Fate/Stay Night, Tsukihime, Higurashi), c’est que le scénario des jeux de ROOT traitent de sujets qui sont disons, non-conventionnels. Par exemple, dans l’un comme dans l’autre, le shoujo-ai occupe une place prédominante dans l’histoire, mais Touka Gettan va encore beaucoup plus loin que ça. Même si pour vous le shoujo-ai est un turn-off, ne changez pas de poste tout de suite! Parce que Touka Gettan vous réserve quand même quelques surprises.

Format: Série, 26 épisodes (2007)
Classe: Seinen
Genre: Comédie, Drame, Shoujo-ai, Mystère
Directeur: YAMAGUCHI Yuji (Yami to Boushi to Hon no Tabibito, Fate/Stay Night)
Animation: Studio DEEN
Série non-licenciée

Histoire

8/10

Puisque vous résumer l’histoire de Touka Gettan en quelques lignes de façon satisfaisante  est  pratiquement impossible (pour des raisons que j’vais vous expliquer un peu plus loin), je vais me contenter de vous dire ce qu’il faut absolument savoir avant de commencer la série.  Kamitsumihara est une terre fantastique où magie, destin et tradition ont joué un rôle primordial dans l’histoire. Depuis des générations, Kamitsumihara est sous la protection de la lignée des Kamiazuma. En repoussant les démons et mauvais esprits de ces terres, ils permettent encore aujourd’hui aux résidents de Kamitsumihara de vivre une vie normale. L’histoire qui nous est racontée est celle de Touka Kamiazuma, le personnage principal, et de sa rencontre avec la jeune Momoka Kawakabe qui a récemment emménagé chez les Kamiazuma. Touka Gettan nous présente leur réunion qui, on le comprend assez rapidement, est plus qu’un simple effet du destin. Pourquoi est-ce que leur vie et leur destin semblent-ils si étroitement liés? D’où vient cette attirance inconsciente qu’ils ont l’un pour l’autre? Et quelle est cette légende qui refait surface à Kamitsumihara, et dont Touka et Momoka semble être au coeur?

Pour nous raconter cette complexe histoire, les créateurs de Touka Gettan ont choisis une méthode bien particulière: la série a été diffusée en ordre décroissant. Autrement dis, le premier épisode est en fait le 26ème et dernier de la série (chronologiquement parlant). Par la suite, chaque épisode remonte un peu plus loin en arrière, pour finalement se terminer au 26ème épisode avec ce qui est théoriquement le commencement de l’histoire. Ici, je crois qu’une petite précision est de mise: le scénario n’a pas été écris en fonction de cet ordre de diffusion, mais la série a littéralement été diffusée « à l’envers ». Pour bien vous faire comprendre la nuance, pensez à The Melancholy of Haruhi Suzumiya, ou Kara no Kyoukai. Dans ces deux séries, les évènements nous sont présentés dans le désordre, c’est vrai, mais leur script ont été adapté pour que le tout reste cohérent, et que l’on apprenne tout en temps et lieu. Les créateurs de Touka Gettan ont tout simplement trouvé bon de, une fois la production de la série terminée, la diffuser en commençant par le dernier épisode puis en retournant en arrière. C’est à ma connaissance la première fois qu’une telle technique de storytelling est utilisée dans un anime, et j’dois avouer que ça donne un résultat assez efficace et impressionnant. Ce qui est vraiment particulier, c’est que le premier épisode est en quelque sorte là où le climax émotionnel se produit (c’est normal après tout, c’est théoriquement le dernier), mais étant donné que l’on ne connait pas vraiment les personnages ni l’histoire, on ne s’en rend à peu près pas compte. Je ne vous apprendrai donc rien en vous disant qu’au delà de l’ordre des épisodes, on a vraiment pas ici affaire avec une histoire conventionnelle parce que, pour faire un bref retour sur nos personnages principaux, Touka et Momoka, l’histoire n’avance pas vers leur réunion… mais plutôt vers leur « origine »; là où tout a commencé. C’est assez abstrait comme explication, mais sachez qu’à cause de ça vous n’aurez pas droit à une finale conventionnelle dans Touka Gettan. Elle n’est peut-être pas aussi chargée émotionnellement que je l’aurais espéré, mais quand on y pense c’est un peu normal puisqu’à l’origine ça aurait dû être le premier épisode. Un petit conseil: ce que j’ai fait, après avoir regardé les 26 épisodes, c’est de réécouter l’épisode 1 (qui est le vrai dénouement de l’histoire), et là j’vais vous avouer que pleins de petites lumières se sont allumées. J’vous suggère fortement d’essayer ça, si à votre premier écoute de cet épisode vos étiez complètement mêlé et n’avez rien vu passé (ce qui est totalement normal, d’ailleurs), la deuxième écoute va vous rentrer dedans comme une tonne de briques.

Maintenant que j’ai assez parlé de « l’intrigue », je dois quand même vous avertir que Touka Gettan n’est pas seulement qu’un drame dans un monde fantastique. En fait, plus de la moitié des épisodes sont consacrés à des situations de la vie de tous les jours de Touka et Momoka et ont un caractère slice-of-life presque épisodique. Un épisode à Noël, un autre à la Saint-Valentin, au honsen, ou au culture festival. La plupart des thèmes habituels reviennent mais ils sont toujours réalisés à la sauce « Kamitsumihara », ils ne sentent donc jamais le déjà-vu. Et l’intrigue avance quand même (à reculons…) dans ces épisodes là, ils nous permettent d’en apprendre un peu plus sur Touka et Momoka, en plus d’alléger considérablement l’atmosphère de la série qui est assez lourde pendant les 5-6 premiers épisodes. D’ailleurs, à ce propos, il faut aussi savoir que Touka Gettan est également une comédie, et ce dans une proportion qui est loin d’être négligeable (~30% peut-être). L’humour se retrouve sous plusieurs formes dans Touka Gettan, les scènes les plus marquantes sont sans aucun doute celles mettant en vedettes Shouko et sa voiture, mélangeant un humour à la Benny Hill et Futakoi Alternative (drôle de comparaison me direz-vous, mais vous allez voir elle est justifiée!). Momoka et Makoto jouent aussi un rôle important dans la plupart des scènes comiques de la séries. Ce qui est bien c’est que justement, le coté humoristique de la série n’a pas été bâclé, c’est bien fait et ça aide à se plonger dans l’histoire.

Avant la fin de cette section qui commence à s’éterniser, je me dois absolument d’ajouter quelques commentaires sur certains épisodes bien précis qui sont de petits chefs-d’œuvre en soi. L’épisode 19 est un bijou de directing, j’ne vous en dis pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise, mais on y explore le passé d’un personnage-clé de l’histoire et ce de la façon la plus créative que j’ai jamais vu. L’épisode 14 est aussi très particulier parce que les histoires de deux séries s’y croisent, soient Touka Gettan et Yami to Boushi to Hon no Tabibito (l’autre série dont je vous ai parlé en ouverture). C’est particulièrement rafraichissant si vous avez vu YamiBou, sinon l’épisode vous convaincra peut-être de jeter un oeil à ce prédécesseur spirituel de Touka Gettan. L’épisode 25 est le seul qui a été créé suite à la décision de diffusé la série à l’envers. Vous comprendrez pourquoi lorsque vous y serez, mais il s’agit là d’un autre épisode à saveur bien intéressante au point de vue du directing.

Personnages

9 / 10

Touka n’est certainement pas le meilleur personnage principal de l’histoire, par contre Momoka et Yumiko font pratiquement la série à elles-seules. D’ailleurs, parlons un peu de Yumiko (représentée ici à gauche) qui est rapidement devenue non seulement ma préférée de la série, mais une de mes préférées toutes séries confondues. Pour vous faire une histoire courte, Yumiko est en quelque sorte la mère adoptive de Touka. Puisqu’elle est romancière, elle doit travailler constamment sur son prochain livre mais elle a un mal fou à se motiver pour le faire, surtout depuis l’arrivée de Touka dans la maison des Kamiazuma. Ce qui fait la spécificité de Yumiko, et c’est difficile à expliquer sans rien spoiler, c’est cette impression qu’elle nous donne d’être toujours complètement saoule et trop collante.  Par contre derrière cette façade se cache un personnage très complexe que vous allez adorer découvrir. Sincèrement, coté personnage, Yumiko c’est de l’or en bar.

Touka Gettan possède beaucoup de personnages secondaires, et même quelques tertiaires, tellement que dans les 10 premiers épisodes on est un peu mêlé. C’est principalement dû au fait que certains se ressemblent beaucoup, et qu’étant donné l’ordre de diffusion inverse des épisodes, la présentation de la plupart des personnage ne se fait habituellement que plusieurs épisodes après leur première apparition. De plus, certains ne nous sont jamais clairement introduits, c’est le cas des « divinités » dont je n’ai pu encore réellement saisir le rôle dans l’histoire, bien qu’à première vue elles semblent y jouer un rôle majeur. C’est un détail qui est un peu agaçant pendant la première écoute, mais une fois la série terminée on l’oubli rapidement parce que l’on réalise que l’histoire se tient très bien même si l’on arrive pas à saisir chaque détails. Touka Gettan est une série fort complexe qui vous sera probablement impossible de saisir à 100% à l’intérieure d’une seule écoute.  De toute façon, ce que vous devez retenir de tout ça c’est que Touka Gettan n’est pas une série à comprendre, mais une série à apprécier. N’essayez pas de tout analyser ou tenter de tout comprendre, laissez vous plonger dans l’univers de ces personnages sans trop vous poser de question et vous aurez beaucoup de plaisir à découvrir ce bijou d’animation.

Animation

9 / 10

C’est pas nécessairement toujours évident, mais oui Touka Gettan est une série relativement récente. Ca parait à quelques occasions, certains effets spéciaux sont très réussis, mais globalement l’animation comme telle n’a rien de spectaculaire (mis-à-part les quelques premiers épisodes). En revanche, l’artwork est sublime. Le design des personnages à mi-chemin entre le shoujo et le seinen est parfait pour la série. D’ailleurs, parlant du design des personnages, vous pourrez comparer vous-mêmes les screenshots de la série avec quelques images du jeu vidéo (dans les vidéos Youtube, au bas de l’article), on jurerait presque que c’est des copies conformes. Le responsable des design chez Studio DEEN a vraiment respecté  parfaitement les designs originaux de ROOT, c’est frappant (du moins beaucoup plus qu’avec d’autre adaptation de jeu du même type; Higurashi par exemple). Si c’est l’artwork qui est clairement l’élément le plus réussi, Studio DEEN nous ont quand même réservé quelques surprises du coté de l’animation, que ce soit en nous ramenant des personnages d’une vieille série, en nous présentant un épisode entièrement (ou presque) en noir et blanc, on nous offre constamment de petits bonbons du genre qui améliore grandement l’expérience. Bon… là je m’écarte solidement du sujet de cette section, mais tout ça pour dire que du point de vue artistique, Touka Gettan est une série très au-dessus de la moyenne, tellement que certaines images vont probablement rester gravées dans votre mémoire pour longtemps. Que ce soit pour le design de ses personnages, où la beauté des paysages de Kamitsumihara, c’est le meilleur de Studio DEEN que j’ai pu découvrir avec Touka Gettan.

Son et musique

9 / 10

Je vous ai parlé de la grande qualité de l’histoire, des personnages et de l’animation, mais l’aspect de Touka Gettan le plus réussi est sans aucun doute la trame sonore. De par son originalité, et du fait qu’elle est constamment présente, la musique de Tada Akifumi est mémorable. Que ce soit les trames aux sonorités plus japonaises traditionnelles, ou celles un peu plus comiques et jazzées, la musique de fond est toujours en symbiose parfaite avec ce qui est à l’écran, n’est-ce pas ça la plus grande qualité que peut avoir une soundtrack? On passe des instruments à cordes traditionnelles, à la flute de pan, en passant par les trompettes et contrebasses pour les trames jazzées, le tout formant une musique très variée mais magnifiquement composée.
Je me dois de vous suggérer de porter une attention très particulière à la trame qui s’appelle « Touka« , de loin ma préférée de l’album. Si vous ne souhaitez pas télécharger la soundtrack, vous n’aurez pas à chercher bien longtemps dans la série pour la retrouver dans l’anime. On peut effectivement l’entendre dès la troisième minute du tout premier épisode. « Touka » est incroyablement bonne et s’étire sur près de trois minutes, de plus, la scène où l’on peut l’entendre est encore un vrai bijou de directing… la combinaison parfaite quoi. Dès ce moment vous allez être plongé dans l’univers de Kamitsumihara et vous ne voudrez pas en sortir avant d’avoir terminé la série…
La chanson d’ouverture, « Yume Oboro« , performé par 3 des seiyuu principales, est un peu générique mais est tout de même efficace. Mais en ce qui concerne la chanson de fermeture, « Kono Sekai ga Itsuka wa« , c’est une toute autre histoire. C’est vraiment une balade magnifique qui vaut le détour. Maintenant à propos des seiyuu, Touka Gettan n’a pas vraiment de « gros noms », mis-à-part peut-être Ai Shimizu et Mamiko Noto, elles qui ne font littéralement que passer (pour jouer leur personnage de YamiBou). Je dois quand même lever mon chapeau à la performance de Miki Itou dans le rôle de Yumiko, vous comprendrez assez tôt dans la série pourquoi j’insiste autant sur ce personnage. Une performance qui serait digne d’un Oscar de l’animation, clairement le highlight de la série.

Verdict final

Trop de gens ont commencé à écouter Touka Gettan sans trop savoir dans quoi ils s’embarquaient. La plupart sont devenus tout mêlés après quelques épisodes, et ont déduit que c’était une série tout croche parce qu’il n’arrivait pas à comprendre ce qu’il se passait. Je vous rappelle mon conseil: ne jouez pas au psychanalyste en essayant de tout saisir ce qui se passe dès le départ. Touka Gettan est une série à apprécier, et non à démystifier. Pour quelqu’un qui est dans le bon état d’esprit, Touka Gettan peut s’avérer être un petit chef-d’oeuvre, c’est donc sans surprise que j’vous dis que la « plus-ou-moins » mauvaise réputation de la série est selon moi injustifiée. C’est seulement que ce n’est pas une série qui va convenir aux goûts de tout le monde, à cause de sa complexité et des thèmes qui y sont abordées. Par contre ceux qui sont à la recherche du prochain seinen qui va les surprendre, ajouter Touka Gettan à votre liste parce que c’est à voir absolument!


Touka Gettan sur AniDb

Touka Gettan sur Anime-Planet

Touka Gettan sur AnimeNewsNetwork

  • Note FinaleA
  • S Chef-d’oeuvre, un MUST pour votre collection
  • A Excellent, à ne pas manquer
  • B Bon, vaut la peine d’être vu
  • C Correct, mais sans plus
  • D Mauvais, à éviter
  • E Horrible, aurait difficilement pu être pire
  • Screenshots et artwork

    Touka Gettan OP ~ Yume Oboro

    Touka Gettan ED (full vers.) ~ Kono Sekai ga Itsuka wa

    Touka Gettan DEMO1 (Jeu)

    Touka Gettan DEMO2 (Jeu)

    6 réponses:

    1. Drenoss

      De compter l’histoire en ordre décroissant, c’est vrai que je pense pas avoir encore vu ça dans les anime!  J’aime bien ça les histoires morcelés comme Higurashi aussi parce que ça nous forces réfléchir davantage sur ce qui est entrain de ce passer pour bien coller les morceaux.  Aussinon on est toute fucké si on ne portes pas attention.
      Uniquement pour ça je dirais que l’anime m’intéresse :)
      Ça me fait penser, ah-tu vu le film qui s’appelle Memento? C’est un film qui est raconté de façon décroissante aussi, c’est vraiment stylish!

      Tu ramènes souvent Yamibou dans ton article, je voulais savoir quel tu as préféré entre lui et Touka?

    2. Fireaxe

      Le storytelling dans Touka Gettan est tellement particulier que si ça t’intrigue le moindrement, juste pour ça la série vaut la peine d’être vue. À propos de Memento, non je ne l’ai pas vu mais j’en ai beaucoup entendu parler. Cet article sur ANN ( http://www.animenewsnetwork.com/news/2007-05-10/touka-gettan-anime-airing-episodes-in-reverse-order ) faisait justement référence à Memento lorsqu’ils ont annoncé la diffusion à l’envers des épisodes de Touka Gettan. Petit fait intéressant: l’annonce a été faite plusieurs semaines après le début de la diffusion, imaginez la confusion du monde qui ont regardé les premiers épisodes lorsqu’ils sont sortis. :P

      En ce qui concerne YamiBou, les deux séries sont assez difficiles à comparer parce que même si théoriquement elles se déroulent dans le même univers et explorent les même thèmes, elles sont foncièrement très différentes. Pour répondre à ta question, entre les deux j’ai préféré Touka Gettan et ce pour quelques raisons bien précises. Je ne veux pas trop en dire parce que j’ai encore l’intention d’écrire une review sur YamiBou éventuellement, mais pour faire une histoire courte je dirais que TG est un show plus complet et dont la production est 100 fois meilleure.
      Les deux séries sont à voir par contre, YamiBou est supérieur à TG à certains niveaux: histoire beaucoup plus straightforward et moins mêlante et ce tout en étant tout aussi originale, la relation entre les personnages principaux Hazuki et Hatsumi est aussi portraite avec beaucoup moins d’ambiguités. De plus, la fin est selon moi meilleure dans YamiBou, mais ceci étant dis la série a quand même quelques défauts notables que j’ne retrouvais pas dans TG. Alors si c’est vrai que j’crois avoir préféré Touka Gettan, ils ne sont pas à des années lumière l’un de l’autre, juste à regarder mes ratings sur Anidb:
      Touka Gettan: 8,40
      YamiBou: 8,20

    3. Drenoss

      Oh alors, tu as aimé Touka une coche de plus.  C’est tant mieux parce que ça m’aurait pas inciter à l’écouter si c’était le cas contraire parce que j’ai trouvé Yamibou ennuyant.

    4. Fireaxe

      Bin si t’as juste trouvé Yamibou ennuyant, t’as quand même de bonnes chances d’apprécier Touka Gettan parce que comme je disais c’est plus complet. Pour ça  faut quand même que t’accepte que le show est « épisodique » pendant un bout de temps, et que tu comprendreras probablement rien pentoute à l’histoire pendant au moins la moitié de la série. Mais vraiment, TG est un vrai bijou artistique, alors que j’ai aimé Yamibou pour des raisons totalement différentes. Tout dépend de ce que tu recherches dans une série, moi j’pense que j’ai énoncé mes goûts assez clairement, y va te rester à te demander si à la lumière de ce que t’as pu apprendre dans l’article, tu penses que Touka Gettan est dans tes cordes.

      En tout cas il était en plein dans les miennes!

    5. Choy

      même si pour vous le shoujo-ai est un turn-off
      En quoi le shoujo-ai serait un turn-off? :P (J’assume ici que « There are no girls in the Internet. »)

      Sinon, eh ben, belle article. Je m’étais déjà renseigé sur l’anime avec autant de commentaires qui le mettent sur un piédestal que d’autres qui l’ont bashé. Dire que c’est une série à apprécier et non pas à comprendre, ça par contre, personne d’autre ne l’a dit.

      Après, je ne te cacherais pas que pour l’instant, ça ne me clique pas plus que ça. C’est dans ma liste d’attente, mais c’est pas plus en priorité.

    6. Fireaxe

      En quoi le shoujo-ai serait un turn-off? :P (J’assume ici que “There are no girls in the Internet.”)

      Non non, c’est pas ça que je voulais dire. Y’a vraiment du monde qui n’aime carrément pas ça au même titre que le yaoi. Crois moi, j’en ai rencontré quelques uns sur le net. :p

      Sinon, eh ben, belle article. Je m’étais déjà renseigé sur l’anime avec autant de commentaires qui le mettent sur un piédestal que d’autres qui l’ont bashé. Dire que c’est une série à apprécier et non pas à comprendre, ça par contre, personne d’autre ne l’a dit.

      Merci pour les bons commentaires! Tant mieux si ma review amenait quelques nouveaux points que t’avais jamais entendu. Mais attention, il ne faut absolument pas croire que « y’a rien a comprendre là ». Je vous le dis, l’histoire n’a à peu près pas de plot holes, au bout du compte tout s’explique et se tient très bien (même si ca m’a pris l’aide de wikipedia pour TOUT comprendre). Par contre trop de gens ont fait l’erreur de s’attendre à une série conventionnelle, ce que Touka Gettan n’est aucunement.

      Si jamais vous regardez la série, vous me ferez part de vos impressions!

    Laisser un commentaire

    Se Connecter | S'inscrire (Facultatif)

    XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>